Delphine pour Vertiges sur Radio Alpa

Ce mois ci, le Médiator va poser ses questions à Delphine, qui présente l’émission Vertiges sur Radio Alpa !delphine

Salut Delphine ! Pour commencer, est-ce que tu pourrais nous présenter radio Alpa, et son fonctionnement ?

Alors Radio Alpa est une radio associative, qui existe depuis 1982, et qui est un secteur à part entière de la MJC Jacques Prévert. Il y a une équipe de salariés, et environ 70 bénévoles, et des émissions présentées par des bénévoles, et d’autres par des salariés.

Du coup tu y présentes ton émission, Vertiges. De quoi est-ce que tu y parles ?

Vertiges est une émission musicale, essentiellement autour de la Coldwave, l’Industriel, le Post-Punk, Néo-Folk, Pop-Rock, mais en fait tout ce qui me fait vibrer ! Donc ça peut être aussi chanson Française, voire musique contemporaine ou musique du monde.

Depuis combien de temps est-ce que tu présentes l’émission ?

Depuis 1992 ! Je suis arrivée à Alpa en Septembre 91, où j’ai présenté un projet avec une copine. On a mis beaucoup de temps à monter une maquette (une émission démo), et on était à l’antenne en Mai 92. Et finalement, ma copine m’a dit qu’elle partait du Mans, donc je me suis retrouvée à présenter l’émission seule à partir de Septembre !

logo

Comment la manière de faire de la radio dans un contexte associatif a évolué, selon toi ?

L’aspect technique et matériel a énormément évolué ! On nous a grandement facilité la tâche, notamment pour les interviews.
Pour mes premières interviews, je me souviens surtout de Yann Tiersen à Allonnes, un concert où on était 10 dans la salle, et où j’avais fait une interview avant. Pour la retravailler ensuite, c’était cassettes à cassettes !
L’informatique nous aide beaucoup aujourd’hui, à l’époque je passais tous mes morceaux sur cassettes, et ça voulait dire qu’il fallait passer des heures à les caler avant les émissions ! Et en cas de faux-départs, il n’y avait pas d’autres solutions que de les sortir et de les recaler.

Qu’est-ce qui change pour une radio, lorsqu’elle est associative ?

A Radio Alpa, la chance qu’on a, c’est de pouvoir présenter ce qu’on a envie de présenter. C’est vraiment une radio de passionnés, on ne nous impose jamais de groupes ou de styles musicaux, comme ça pourrait l’être sur d’autres radios. Et puis le fait de ne pas avoir de publicités, c’est aussi un vrai bonheur ! Je ne sais pas si j’arriverais à faire une émission si j’étais régulièrement coupée par un jingle chanté qui annonce le nom de la station …

Je sais que tu es aussi particulièrement active sur les concerts qu’on peut voir au Mans, entre ça et Vertiges, tu dois connaitre toute la scène locale du coin ?

Pas toute la scène, je continue de toujours en découvrir ! Surtout sur Bandcamp en fait maintenant.
Il y a aussi des groupes qui m’ont directement contactée, et je suis très contente quand ça colle avec ce que j’écoute et ce que je peux diffuser. Je suis toujours un peu plus embêtée quand des groupes m’envoient des choses qui me plaisent moins, et que je dois dire un peu poliment que ça ne rentre pas dans la programmation de Vertiges. Mais les groupes peuvent toujours envoyer leurs morceaux à Radio Alpa, ça peut intéresser d’autres émissions avec des styles différents, ou bien la programmation de la radio !

Bile Noire en concert à un Alpa On The Rock

Bile Noire en concert à un Alpa On The Rock

Tu fais aussi partie de la commission qui organise les concerts alpa on the rock. Comment est-ce que ça fonctionne ?

Depuis plusieurs années, on organise régulièrement, avec une équipe de bénévoles et les salariés de Radio Alpa, des soirées qu’on appelle « Alpa on the Rock » et « Alpa on da mix », donc respectivement des concerts plutôt rock/musiques actuelles, et musiques Électroniques. On en organise environ quatre de chaque par an, toujours sur les premiers vendredis du mois.
Pour les Alpa On The Rock, on fonctionne avec trois groupes par soirée, et on essaye surtout de garder une couleur uniforme pour les soirées. La programmation se fait en commission, les décisions se prennent vraiment à plusieurs. D’ailleurs, les demandes viennent souvent des groupes aussi.
A la base, les concerts avaient l’étiquette « concerts de soutiens à Radio Alpa », les groupes jouent bénévolement pour la Radio. Et aussi pour jouer à l’Inventaire, beaucoup de groupes nous le demandent, ils disent que l’endroit est un peu mythique pour eux!
Le dernier Alpa on The Rock, c’était le 4 Novembre, avec les groupes Jogging, Swan Ink et Tue-Loup !

Est-ce que le milieu culturel musical au Mans a beaucoup évolué selon toi ? De quelle manière ?

Oui c’est énorme ! Les groupes sortaient leur musique sur cassettes, peu de groupes avaient la chance de pouvoir sortir un CD. Aujourd’hui, plus personne ne s’achète de 4 pistes, tu as un ordinateur et tu peux t’enregistrer et envoyer ta musique partout, c’est une facilité que les groupes n’avaient pas avant.

C’est quoi tes plus gros coups de coeur locaux ?

Houla ! Comme ça je dirais .. Belacide et Bile Noire. Et Amor belhom duo aussi. Et la Peste et Blue Mountain Expansion ! Et Jean-Luc le Ténia bien sûr.

Quel impact est-ce que les radios associatives ont sur la musique actuelle selon toi ? On a pu voir par exemple le cas un peu extrême de la radio associative de Seattle, KEXP, qui a pris un poids énorme dans le milieu de la musique indépendante.

Je pense que les radios associatives ne sont surtout pas bloquées sur des playlists, elles n’ont pas de plans marketing et ne doivent pas passer tel ou tel morceau quinze fois par jour. Ca permet aux artistes locaux, même s’ils n’ont presque rien sorti, de passer sur nos antennes !
Je me rappelle du passage de Wax Tailor au festival Bebop il y a quelques années, il avait remercié les radios associatives qui l’avait diffusé dès le début ! Ça fait plaisir lorsque des artistes s’en souviennent, et qu’ils le font savoir.

Qu’est-ce qu’on fait si on veut écouter ton émission, Vertiges ?

On se branche sur le 107.3 de Radio Alpa, tous les lundis soir de 21h à 22h30, rediffusée le mercredi de 9h à 10h30, et comme toutes les émissions de Radio Alpa, elle est réécoutable sur le site de Radio Alpa, dans la rubrique « Emissions et Podcasts »

Puisque tu termines toujours ton émission avec un morceau du groupe Einsturdenze neubauten, lequel est-ce que tu recommanderais pour conclure une interview ?

Si je ne devais en choisir qu’un, ce serait Die Befindlichkeit des Landes !

 

Propos recueillis le 24/10/16 par Léo Boisson.

 

Share Button
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

 

Le blog du médiator © 2017 Tous droits réservés

Le Mediator - Outils et Info pour les musiciens - Par Le Silo

Propulsé par WordPress