Lydie Sauleau pour le Hangar Crealab

Ce week end, ce sont les portes ouvertes au Hangar Crealab ! et puisque vous vous posez certainement déjà plein de questions, le Médiator les a posées pour vous ! Entretien avec Lydie Sauleau, la coordinatrice du lieu : 14040084_1757445301176181_5157609150198158255_n

Salut Lydie ! Est-ce que tu pourrais commencer par nous présenter le Hangar Créalab ?

Alors au départ, c’est une friche industrielle de 1700m² en centre ville du Mans, place d’Alger. Maintenant, c’est ce qu’on appelle un « tiers-lieu », composé d’espaces de travail, de création, d’exposition et d’espaces partagés.

Comment est-ce que le Hangar est né ?

On a un bail commercial sur l’espace, et c’est l’association 3A qui en est responsable, et qui porte le projet du hangar Crealab. Le but du Hangar c’est d’avoir un lieu d’ouverture, autour de cette dynamique associative, qui favoriserait le travail collectif sur des techniques émergentes et innovantes, et aussi d’avoir un lieu de diffusion en centre ville du Mans.

13307405_1727623317491713_7749251384293968325_nDe ce que j’ai pu voir, le Hangar a déjà pas mal de « résidents », non ?

Oui ! C’est sur la partie coworking. Ceux que tu as vus sont nos locataires « longue durée ». Ils sont 17 aujourd’hui, et ils ont des activités très différentes. On a deux architectes, un bureau d’étude thermique, un bijoutier, une couturière, une brodeuse, un graphiste vidéaste, une compagnie d’arts numériques ( Cie Organic Orchestra), l’association Teriaki, Shark Amp qui répare et customise des amplis (ndlr : que nous connaissons bien au Silo !), l’atelier de sérigraphie « La Racle » (composé de Marco et Barbu), un atelier bois « le peuple y est » …

Est-ce que le Hangar veut être une sorte de « bureau du futur », loin de l’image classique qu’on peut avoir d’un espace de travail ?

L’objectif c’est que chacun ait son espace privatisé, en fonction de sa demande. Typiquement, Antoine de Shark Amp dispose d’un atelier seulement pour lui, tandis que trois graphistes indépendants partagent un bureau. Ils n’ont pas besoin d’avoir beaucoup de place, par contre ils veulent travailler dans un espace d’émulation, quelque chose de collectif. Ce qui fait que tu vas aller au boulot avec l’envie, que tu sais que tu vas retrouver du monde, mais que tu es tout de même dans ta bulle. C’est ce qui fait tout l’intérêt de ce qu’on appelle les espaces de coworking ! Ca permet aussi de faire de la mise en commun, et du travail réflexif avec d’autres, ce qui permet aussi de s’interroger sur sa pratique. On a également beaucoup d’espace, et du matériel à partager, donc on obtient forcément beaucoup de projets collaboratifs.

Est-ce qu’il y a un « profil type » pour les résidents du Hangar, ou bien est-ce qu’au contraire ils sont tous vraiment différents ?1978886_1609303129323733_8718174168985593695_n

Déjà, c’est quelqu’un d’humain. Quelqu’un qui partage les valeurs pour lesquelles on s’est retrouvés, notamment autour du développement culturel, des valeurs d’échanges, et aussi du DIY (« do it yourself », littéralement « fais le toi-même »). Maintenant, effectivement, on a beaucoup plus de créatifs, mais nous ne sommes pas fermés. Nous faisons une réunion plénière tous les mois, et chaque décision qui impacte le collectif est prise en collectivité.        

Ces derniers temps on a pu voir beaucoup d’évènements au Hangar. Est-ce qu’il y a une volonté de devenir un endroit de concerts et d’expositions régulier ?

De concerts, non, ce n’est pas notre vocation première, par contre d’expositions oui, mais également d’expérimentations. On a surtout vraiment envie que le lieu soit dédié à tout ce qui va être du domaine du prototypage, du beta-testing, ou même des résidences de travail Pour les expositions, ça peut venir de tous les arts innovants, donc numérique, de design, d’architecture, ou même des pratiques intellectuelles. Tout ce qui peut amener de la valeur humaine est bienvenu, mais on souhaite particulièrement échanger avec les acteurs locaux.

1653588_1695752757345436_3505133245073089587_nCe week end, vous faites vos portes ouvertes, sur trois jours. Quand est-ce qu’on vient ? Est-ce qu’on peut venir tous les jours et on verra des choses différentes ? Est-ce que certaines journées s’adressent plus à certains types de personnes ?

Oui, on a voulu que tous les jours il y ait des choses différentes, pour que les gens puissent revenir et qu’ils n’aient pas l’impression de revoir les mêmes choses. Alors le vendredi ça commence à 18h, avec un pot et une présentation du lieu, suivis de concerts, avec Hungart Thorsten, et ensuite ce qu’on a appelé une « salade de zicos », qui sera une forme de “bœuf” organisé autour du Grand Méchant Loop de la Cie Organic Orchestra, donc un grand looper, dans lequel vont s’intégrer Ezra et N3O. Le samedi, on ouvre les portes à 14h, et on ouvrira les portes des bureaux, jusqu’à 16h. Ensuite, jusqu’à 18h, il y aura des ateliers, notamment de sérigraphie, avec la racle. Également un échange autour des ruches, puisqu’il y en a une dans le jardin. A partir de 19h et jusqu’à minuit, chacun est invité à ramener ce qu’il veut à manger, pour faire ce qu’on appelle une « table espagnole ». L’objectif c’est d’échanger à propos de la nourriture qu’on affectionne, et que ça fonctionne de manière collaborative, à l’image du Hangar. Enfin, le dimanche, on ouvre à 14h avec des DJ, et à partir de 18h il y aura d’autres ateliers dans le hangar, dont un avec l’atelier bois, un atelier makey-makey, également des techniques électro-numériques. Il y aura aussi un endroit appelé les « coworkids », pour les enfants, donc il s’agit vraiment d’un événement familial, où tout le monde peut s’y retrouver.

Merci à Lydie Sauleau, et au Hangar Crealab !

Propos recueillis le 04/09/16 par Léo Boisson.

Share Button
Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

 

Le blog du médiator © 2017 Tous droits réservés

Le Mediator - Outils et Info pour les musiciens - Par Le Silo

Propulsé par WordPress